1 août 2017

Le burn-out, secret honteux de l’industrie musicale | Noisey.vice.com

Dans un secteur où la limite entre travail et vie privée est floue, voire inexistante, il est facile de passer en un instant du rêve au cauchemar.

C’est vraiment génial de bosser dans la musique. On passe son temps à rencontrer des artistes, à picoler à l’oeil, à aller de soirées en festivals, à dormir dans de supers hôtels et à traîner backstage aux concerts. Et en tant qu’attachée de presse, j’ai eu la chance de faire tout ça – pendant des années. Avant de faire un burn-out début 2016.

Le burn-out est un phénomène qui touche le monde du travail dans son ensemble. Au Pays-Bas, où je vis, il concernerait pas moins d’un salarié sur sept. Mais l’industrie musicale est un secteur à part – déjà parce que la limite entre travail et vie privée y est beaucoup plus floue, voire carrément inexistante. Votre bureau, c’est un jour un site de festival, le lendemain une salle de concert, le jour d’après un tour bus – et quoi qu’il arrive il y aura toujours un bar ou de l’alcool pas loin. C’est ce qui rend ce boulot aussi intéressant, amusant et passionnant – et c’est aussi ce qui peut en faire un véritable cauchemar.

Lire la suite de l’article sur Noisey.vice.com